Olivier Roland et Zico Kiaxx parlent de création d’entreprise web – [Interview Leadership et Entrepreneuriat]

Entrez votre prénom et votre adresse email ci-dessous
pour recevoir la version audio de cette entrevue :









Vos données sont protégées.

Retranscription de l’interview

Zico Kiaxx : Bonjour, je suis Zico Kiaxx, je
suis très heureux aujourd’hui de vous retrouver dans cette interview, entrevue
avec Olivier Roland qui est l’un des leaders du blogging dans toute la francophonie.
J’ai le plaisir aujourd’hui de pouvoir échanger avec lui. Dans un premier
temps, je vais lui poser plusieurs questions et il me dira tout sur ses débuts,
sur son expérience, sur ses partenariats, sa stratégie d’approche, sur sa
clientèle, comment est-ce qu’il fait aujourd’hui pour vivre d’un blog qui
rapporte des centaines de milliers d’euros par an. Alors bonjour Olivier !

Olivier Roland : Bonjour Zico.

Zico Kiaxx : Comment tu vas aujourd’hui ?

Olivier Roland : Écoutes, ça va
super !

Zico Kiaxx : Génial ! Meri beaucoup de me
recevoir.

Olivier Roland : C’est un plaisir. Je viens
de découvrir qu’on est voisins de vraiment pas loin.

Zico Kiaxx : Tout à fait.

Olivier Roland : Tu as mis une heure à
venir chez moi.

Zico Kiaxx : Un peu moins même, j’ai été très
vite. Effectivement, on est voisins et je viendrai plus souvent ou je
t’inviterai encore plus souvent dans mon coin. Alors Olivier, aujourd’hui
j’aimerai que tu puisses nous parler de toi parce que tu es quand même à la
tête d’un blog : une entreprise qui a généré combien sur la première année
d’activité ?

Olivier Roland : 461 000 € à peu près.

Zico Kiaxx : 461 000 € !

Olivier Roland : De chiffre d’affaire, oui.

Zico Kiaxx : Et c’est assez impressionnant en
partant d’une entreprise sur internet. Ce qui est le plus impressionnant, c’est
que tu as été entrepreneur plutôt classique avant même d’avoir créé ton blog et
j’aimerai que tu puisses nous raconter quel est ton parcours, comment ça s’est
passé pour toi au début,

Olivier Roland : Avant ?

Zico Kiaxx : Avant, oui.

Olivier Roland : OK, je vais la faire
courte parce que c’est une longue histoire mais en gros : j’ai quitté
l’école à 18 ans pour me lancer dans un projet de création d’entreprise parce
que j’en avais marre de l’école, j’en avais marre du système, j’en avais marre
de mes parents, j’en avais marre de pleins de choses en fait, comme beaucoup
d’adolescents finalement. J’étais un peu rebelle et je me débrouillais bien en
informatique. J’étais un vrai geek, je ne parlais pas aux filles à l’époque. Tu
t’imagines un peu le genre, voilà. Et je m’étais rendu compte avec un ami qu’on
dépannait facilement des amis sur des problèmes qui leur paraissaient
insurmontables, et on s’est dit : Pourquoi on ne gagnerait pas de
l’argent avec ça ? ». On a passé une petite annonce dans un journal
d’annonces pour tester le concept et on avait investi 60 francs et ça nous
avait rapporté à peu près 5000 francs de chiffre d’affaire à l’époque. Donc
quand tu as 18 ans et que tu gagnes 50 francs d’argent de poche par semaine, tu
te dis : « Waouh !!! » c’est sympa et donc ça m’a
encouragé, du coup, comme je voulais quitter le système, à quitter le système et
créer ma boite. Mon ami a préféré continué à poursuivre ses études et j’ai
décidé de créer mon entreprise tout seul. Et voilà, donc j’ai créé une
entreprise de service informatique qui a duré dix ans, j’ai employé jusqu’à
trois personnes en même temps. Et j’ai vendu mon portefeuille clients sans
problème. C’était sympa, c’était un beau parcours, c’était vraiment une belle
aventure de création d’entreprise à 19 ans. Moi, c’est ce qui m’a fait passer
de l’adolescence à l’âge adulte et j’en suis fière, c’est sympa.

Zico Kiaxx : Super, de bons souvenirs alors.
C’est quand même une belle histoire, de commencer à 18, 19 ans une entreprise
mais comment est-ce qu’on en vient à créer une entreprise à 18, 19 ans quand
tout le monde choisit une route traditionnelle, classique, quel a été l’élément
déclencheur qui t’a donné envie de lancer cette entreprise ?

Olivier Roland : Écoutes, j’ai toujours été
assez indépendant d’esprit, voire même beaucoup indépendant d’esprit, parfois
un peu trop d’ailleurs. Bref, j’avais cette frustration en moi, j’étais
vraiment malheureux à l’école, j’étais malheureux dans ma vie, j’étais
malheureux chez mes parents et je cherchais une échappatoire. Et quand on a
fait ce test qui était facile à réaliser : passer une annonce dans un
journal d’annonces, faire ce genre de test et que j’ai vu que ça fonctionnait
bien, je me suis dit : « Voilà, j’ai trouvé ce que je veux
faire ». C’est rentable, pourquoi ne pas me lancer là-dedans, comme ça je
vais pouvoir me lancer dans la vie active, quitter l’école, quitter mes
parents, et en plus je vais créer ma boite, ça va être génial ! Donc le
risque était présent dans mon esprit mais voilà : qu’est-ce que j’avais à
perdre en fait ? J’avais 18 ans, j’avais aucun salaire, pas de bien
matériel vraiment, à part ce que peut avoir un adolescent. Je n’avais rien à
perdre, donc je me suis lancé. Je m’ennuyais vraiment à l’école, je dormais en
cours et les profs se plaignaient parce que, lorsqu’ils me voyaient, ça les
démotivaient, c’est pour te dire à quel niveau j’étais

Zico Kiaxx : Il n’y avait pas cours en
entreprenariat à l’école, hein ?

Olivier Roland: Non et je m’ennuyais vraiment à l’école à l’époque. Voilà, donc mes parents ne sont
pas vraiment rentrés en ligne de compte dans l’équation. Pour moi, j’allais le
faire quoi qu’il arrive. Ils n’ont pas bloqué le projet. Je leur ai dit :
« de toute façon à l’école, je n’arrive à rien, au pire, je prends une
année sabbatique, ça me fera une expérience intéressante. », donc j’ai
réussi à les convaincre. J’ai bossé un an sur le projet, j’ai été accompagné
par des organismes de création d’entreprise parce que vraiment je n’y
connaissais rien. Alors si vous avez envie de créer une entreprise mais que
vous n’y connaissez rien, moi, ce que je recommande à tout le monde : je
suis allé à la chambre des métiers, à la chambre du commerce, j’ai
dit : « Hé ! Bonjour, je voudrais créer une entreprise, on
fait comment ? »

Zico Kiaxx : En faisant des démarches…

Olivier Roland : Ils m’ont donné une pile
d’organismes à contacter et je les ai contactés, quasiment tous contacté. Ça a
été déjà très intéressant, très instructif et j’ai commencé à tisser un réseau
dans ma ville grâce à ça, c’était intéressant. D’ailleurs certains de mes
premiers clients venaient des personnes que j’ai rencontrées dans le milieu de
la création d’entreprise.

Zico Kiaxx : Entre le moment où tu as été
contacté justement les gens, les personnes pour t’aider et le moment où tu as
créé ton entreprise, il s’est passé combien de temps à peu près ?

Olivier Roland : Il s’est passé à peu près
un an. Entre le moment où j’ai quitté l’école et que j’ai commencé à travailler
sur le projet et le moment où je l’ai créé.

Zico Kiaxx : Superbe. Alors aujourd’hui
l’entreprise n’ai plus la même, tu as plutôt une entreprise sur internet, qui
est totalement différente je dirai par rapport au concept et nous allons en
parler dans quelques instants parce que c’est élémentaire, essentiel, cette
grande différence au niveau de la qualité de vie. Juste avant de faire la
transition de l’une à l’autre, quelle est l’entreprise Roland
aujourd’hui ? C’est quoi l’entreprise Olivier Roland aujourd’hui ?
Qu’est- ce que tu fais, qu’est-ce que tu apportes comme services, comme
conseils, comme valeurs ?

OlivierRoland : Alors, j’ai plusieurs casquettes, on peut
dire que je suis éditeur, bloggeur professionnel, je suis aussi auteur. En
fait, ce que je fais, ça regroupe vraiment beaucoup de métiers différents.
C’est une des choses qui fait que c’est vraiment passionnant, que c’est très
intéressant.  Donc en gros, la base,
la fondation de mon entreprise, ce sont des blogs. Je pense que tout le monde
sait ce que sont des blogs. J’ai ‘Des livres pour changer de vie’, j’ai ‘Bloggeur
pro’, j’ai ‘Habitudes Zen’ qui sont mes trois blogs principaux. Il y a
aussi : ‘Devenez meilleur’ que je viens de lancer, qui va traduire des
articles d’un bloggeur très connu au États-Unis, qui s’appelle Steve Pavlina.
Voilà, j’ai ces trois blogs, plus un quatrième qui est en train d’arriver et,
fondamentalement, les bases du business, c’est qu’il y a énormément d’articles
qui sont publiés sur ces blogs, d’articles de qualité, on essaye. Du coup, il y
a des tas de visiteurs, de lecteurs, qui viennent tous les jours, toutes les
semaines pour lire des articles. Ils viennent par Google, ils viennent via
d’autres sites, ils viennent parce qu’il y a le bouche à oreille qui a
fonctionné et voilà, ils lisent un article ou ils regardent une vidéo, ils
trouvent ça sympa, et il y a toujours un petit formulaire quelque part sur l’article
qui dit : « Hé ! Si ça vous a plu, je vous offre ceci ou cela,
laissez-moi juste votre prénom et votre adresse email. » C’est très
important parce que ça permet en fait de collecter des adresses emails de
prospects, de personnes qui sont intéressées par ce que vous faites et qui vous
donnent l’autorisation de les recontacter. Et le plus important ensuite pour
monétiser son blog, c’est via cette liste email. Tous les jours, j’ai dans
centaines de personnes qui s’inscrivent à mes listes, c’est qui fait que j’ai
des centaines de nouveaux prospects tous les jours sans faire aucun effort. Que
j’aille à la plage ou que je passe toute la journée à bosser, j’ai une centaine
de personnes qui s’inscrivent à mes listes. Il y a pas mal d’entreprises qui
rêveraient d’avoir comme ça des prospects qui arrivent automatiquement pour les
voir, c’est assez formidable et ensuite je vends  mes produits tout simplement via un
service email et qui sont en général en relation avec le contenu, ça peut être
des livres numériques ou des formations en ligne

Zico Kiaxx : Là, on vient vraiment d’avoir une
partie de sa stratégie, donc l’entonnoir même, comment est-ce qu’il arrive à
attirer des clients avec un formulaire puisque la plupart des gens ne
connaissent pas bien internet, qui commencent entendent parler de sites
internet, pour pouvoir réussir il faut avoir un site internet, s’entourent de
web master et paient des montants assez importants pour avoir des super sites
et finalement ne gagnent pas beaucoup d’argent avec leur site internet. Pour
toi, comment est-ce que tu utilises justement un levier pour pouvoir avoir
beaucoup de chiffre d’affaire, tu utilises des produits d’information, comment
est-ce que tu fonctionnes de façon stratégique ?

Olivier Roland : Alors déjà c’est clair que
si des personnes me demandent mon avis sur : « Est-ce que je devrais
faire faire un site par des web masters ou est-ce qu’il y a une autre
solution ? », je leur dis : « Il y a une autre
solution ». Parce que souvent ça coûte assez cher de faire développer un
site par des web masters et aujourd’hui, à notre époque, en 2013, ça fait déjà
un moment que c’est le cas, ça ne sert plus à rien parce qu’on a des logiciels
gratuits comme WordPress qui permettent de créer des sites extraordinaires avec
des fonctions hallucinantes pour zéro euro. Donc WordPress c’est très facile à
installer, ça se télécharge gratuitement, ça s’installe en deux clics
—j’ai une vidéo WordPress qui explique justement comment installer un
blog WordPress en cinq minutes et trois clics. Souvent chez l’hébergeur on clique
sur « Installer WordPress », ça prend deux minutes et c’est installé,
c’est magique. Et on a un site où on peut choisir parmi des centaines de thèmes
graphiques qu’on veut ou on a des fonctions vraiment extrêmement intéressantes
et qui permettent de faire un site tout à fait professionnel et ça sans avoir à
débourser un seul centime. Donc évidemment ça, ça fait pas plaisir aux agences
de développement web…J’ai un client qui me disait récemment : « Grâce
à ta formation (puisque je vends une formation sur le blogging), tu m’as fait
économiser 6400 € parce que j’avais fait faire un devis de création de site web
et on m’avait demandé 6400 € pour créer un site, et là grâce à toi, j’ai
installé WordPress, ça a été très facile, etc… ». Donc, stratégiquement, je
pense qu’au début, si vous voulez vous lancez sur internet, c’est très
important de réduire au minimum vos investissements parce que le succès n’est
jamais garanti à 100%, ça c’est clair. Que ce soit quand vous créer une
entreprise ou pour tout. Sinon ce serait trop facile, ça se saurait. Donc le
succès n’est jamais garanti à 100% mais vous pouvez faire en sorte de minimiser
les risques au maximum et notamment de faire en sorte que si vous vous plantez
complètement, qu’au moins vous n’y laissiez pas de plumes financièrement, vous
y aurez juste passé du temps et je pense que même si vous avez passé six mois à
travailler d’arrache-pied sur un blog et que malheureusement le succès n’est
pas au rendez-vous, vous n’aurez pas perdu votre temps parce que vous aurez
acquis énormément d’expérience dans ce domaine-là. Ça aura peut-être été
l’occasion pour vous d’exercer une passion, quelque chose d’intéressant, vous
aurez pris des contacts avec des gens que vous n’auriez jamais rencontré sinon.
Enfin, il y a plein de bénéfices en fait pour vous qui sont très intéressants
même si votre projet échoue. En plus derrière vous avez aucune perte
financière, j’ai envie de dire : « où est le problème ? ».
Il faut savoir que le premier blog que j’ai lancé sur internet était en 2007,
il s’appelait et s’appelle toujours ‘Techno Smart’, sur les nouvelles
technologies où j’ai faits à peu près toutes les erreurs possible et
imaginables et c’est un blog que j’ai abandonné il y a déjà un moment et il est
toujours en ligne parce que je veux montrer au monde ce qu’il ne faut pas faire
mais c’est grâce à toutes les erreurs que j’ai fait sur ce premier blog,
qu’ensuite pour le deuxième et surtout le troisième ‘Des livres pour changer de
vie’, j’ai atteint le succès. C’est parce qu’au début je me suis planté. Voilà,
moi c’est que je recommande, c’est minimiser au maximum les risques, minimiser
au maximum les pertes financières possible, sachez qu’il est toujours possible
d’échouer mais que si vous échouez, c’est une excellente expérience pour vous
dans votre vie et que ça va sans doute vous permettre de rebondir sur d’autres
choses plus intéressantes plus tard.

Zico Kiaxx : Tout à fait, justement parce que
beaucoup de gens qui commencent et qui lancent un projet sur internet ou en
dehors d’internet investissent beaucoup : certains prennent de grands
bureaux sur de grandes avenues avant même d’avoir les premiers clients. Il faut
savoir que, dans ces conseils qu’Olivier vient de passer, c’est quand même le
leader du blogging de la francophonie, donc déjà premièrement tu investis peu
au départ pour pouvoir générer. Et pour avoir une idée de ce que représente ton
entreprise actuellement, qu’est-ce que ça génère actuellement des blogs par an,
en termes de chiffres ?

Olivier Roland : Donc on était à 460 000
sur la première année. C’était sur 15 mois la première année, on était à
28 000 € par mois, sur la deuxième on était à peu près à 32 000 € par
mois. Je n’ai pas d’employé, je n’ai que des prestataires qui travaille pour
moi mais pas d’employé et j’ai une marge très importante parce que pour le
numérique, il n’y a pas de coût d’impression, de distribution, de stockage,
etc…Donc voilà, c’est très sympa.

Zico Kiaxx : OK, alors pour tous les
entrepreneurs qui nous suivent et qui ne sont pas encore familiarisé avec
internet, qui ne connaissent pas encore la puissance d’internet, le style de
vie que cela peut amener ou donner, qui ont des entreprises lourdes avec des
salariés, des employés, des infrastructures, peux-tu nous raconter un peu la
légèreté que tu as quand tu as une entreprise internet, qu’est-ce que ça te
donne comme liberté ?

Olivier Roland : Alors ça c’est vraiment
génial parce que je peux gérer mon entreprise entièrement sur internet donc
depuis n’importe quel ordinateur portable, je pense même que je pourrais la
gérer depuis un iPad sans aucun problème. L’énorme avantage, c’est qu’on a plus
de contrainte géographique, on n’a plus besoin d’être à un endroit en
particulier pour faire son business, pour gérer son business, ce qui fait qu’on
peut soit voyager partout dans le monde, ou bien voyager quand on en a envie,
on peut aller vivre partout là où on a envie. Si vous avez envie d’aller vivre
en Espagne pendant un an et après au Japon six mois, puis d’aller au Brésil
pendant un an, c’est possible. Ou alors simplement si vous voulez aller vivre à
la campagne plutôt qu’à la ville et vous éloignez de la région parisienne, et
bien avec une entreprise sur internet, c’est une des choses que ça vous permet.
C’est vraiment extraordinaire d’avoir cette liberté géographique, c’est même
assez grisant de se dire : « Demain, je peux partir n’importe où
si j’en ai envie », c’est génial.

Zico Kiaxx : Et justement tu voyages pas mal, on
le voit sur ton blog, on mettra les liens et quelles sont les dernières destinations
qui t’ont marquées ou qui t’ont plu, et dans quels pays ?

Olivier Roland : Écoutes, là effectivement
je suis allé en Thaïlande à la fin de l’année 2012 et c’était vraiment
exceptionnel. C’était mon deuxième pays d’Asie avec l’Inde, l’Inde ça m’avait
déjà donné une grosse claque en termes de différence culturelle, c’est vraiment
impressionnant. Et la Thaïlande, c’est aussi un autre monde, c’est extrêmement
intéressant, c’est vraiment pas cher, c’est fou, voilà, en Thaïlande, on peut
manger très bien pour deux euros dans les restaurants et on a un repas complet,
c’est vraiment fou. Pour donner un ordre d’idée, tout est vraiment pas cher et
la culture est vraiment très intéressante. Et je suis allé aussi au Brésil, là
par contre c’est beaucoup plus cher, les prix sont comparables à ceux qu’on
peut trouver en France, ce qui m’a beaucoup surpris mais c’est comme ça. Et je
suis allé au carnaval de Rio, ce qui est quand même un évènement extraordinaire
à faire au moins une fois dans sa vie. Voilà, le Brésil c’est magnifique, très
bonne ambiance, très sympa. Il y a des problèmes de sécurité bien évidemment,
ce genre de choses. C’est vraiment un voyage qui m’a marqué et j’en ai fait
beaucoup d’autres.

Zico Kiaxx : Je sais que tu vas régulièrement
aux États-Unis.

Olivier Roland : Je vais trois fois par an
aux États-Unis, oui.

Zico Kiaxx : Tu mélanges vacances, business,
affaires avec ton ordinateur en fait du travailles d’où tu veux.

Olivier Roland : Exactement.

Zico Kiaxx : Trois fois aux États-Unis, c’est
ça ?

Olivier Roland : Trois fois par an aux
États-Unis. Je fais partie d’un groupe Master Mind d’entrepreneurs
internationaux et on se retrouve trois fois par an pour discuter de nos
business, échanger des idées, parler un peu de nos problèmes, ce genre de
choses c’est vraiment très intéressant.

Zico Kiaxx : OK. Alors tu as connu les deux
types d’entreprises : une entreprise plutôt classique avec des salariés et
puis l’entreprise internet. Est-ce que tu peux nous expliquer selon toi quelle
est la différence entre les deux styles d’entreprise et surtout qu’est-ce qui
t’a donné envie de passer d’un modèle à un autre modèle ?

Olivier Roland : OK. Alors, en expliquant
les caractéristiques de la première entreprise, vous allez comprendre pourquoi
j’ai voulu changer de modèle. Créer une entreprise à 19 ans comme j’ai dit,
c’était une aventure extraordinaire. Ça m’a vraiment appris énormément, c’est
quelque chose que per de jeunes de 19 ans ont l’occasion de vivre, ça aussi
c’est intéressant et ça tous points de vue, ça a été extraordinaire. Les
premières années ont été géniales. Je travaillais comme un fou, 60, 70 heures
par semaine et franchement, ce n’était pas un problème, j’étais vraiment
passionné pour ce que je faisais, je trouvais ça très intéressant mais au bout
de quelques années, quand même, j’ai commencé à souffrir un peu de ce manque
d’équilibre entre ma vie perso et ma vie professionnelle et à commençait à me
peser de plus en plus et j’ai commencé à réaliser que finalement que ce rêve
que j’avais de créer mon entreprise ça s’était transformé petit à petit en
prison. En prison dorée parce que je gagnais quand même bien ma vie :
j’avais une entreprise, j’avais des employés, j’avais une belle situation,
c’était quand même pas mal mais j’ai travaillé quand même énormément. J’avais
ce déséquilibre, cette envie de tester autre chose et j’étais bloqué parce que
mon entreprise, c’était ma seule source de revenus, je ne voyais pas trop ce
que je pouvais faire. Si un entrepreneur arrête son entreprise, il n’a pas le
droit au chômage en France, il faut le savoir. C’est une aberration mais c’est
comme ça, donc j’étais un peu bloqué, je me demandais ce que je pouvais faire.
Il faut savoir que ce qui m’est arrivé là, et à l’époque je pensais que j’étais
un cas isolé, il faut savoir que la très grande majorité des personnes qui
créent leur entreprise ont exactement les mêmes problèmes et je sais pourquoi
aujourd’hui, je sais exactement pourquoi, je connais toutes les causes…

Zico Kiaxx : Et il va nous en parler !

Olivier Roland : Et je vais vous en parler,
dans un instant. Donc j’avais cette souffrance qui commençait à se mettre en
place et qui est commune à beaucoup d’entrepreneurs qui travaillent beaucoup
trop. D’ailleurs quelqu’un un jour m’a dit : « OK, donc prends ton
salaire et divise-le par le nombre d’heures que tu fais » et quand j’ai
fait ça, je me suis rendu-compte que j’avais un salaire horaire qui était
équivalent à celui d’une femme de ménage. Bon, j’ai rien contre les femmes de
ménage, au contraire mais c’est juste que moi j’avais pris les risques de créer
une entreprise, je travaillais comme un fou et que finalement j’avais un
salaire horaire qui n’était pas mirobolant par rapport à tout ça. Et puis on a
des responsabilités quand même, je veux dire on gère des salariés, on a des
clients, etc…Donc ça, ça m’a vraiment fait un choc, je me suis dit :
« Il y a quelque chose qui va pas, quoi ! » mais j’ai quand même
mis longtemps avec de trouver une solution. Pendant deux ans comme ça j’ai erré
un petit peu, et un jour, enfin, il s’est passé deux choses simultanément à
trois mois d’intervalles

Zico Kiaxx : Prenez des notes, là, ce sont des
pépites !

Olivier Roland : Fin 2007, novembre 2007,
je découvre le site de Steve Pavlina, le fameux blog que je fais traduite là,
depuis peu.

Zico Kiaxx : Habitudes Zen ?

Olivier Roland : Non, Steve Pavlina.
Habitudes Zen, je fais effectivement traduire mais j’en ai lancé un autre là
qui est donc, c’est de Steve Pavlina : « Devenons Meilleur » en
français, tu pourras mettre le lien pour ceux que ça intéresse. Et voilà, je
découvre le site de Steve Pavlina, c’est Sébastien, le marketeur français
d’ailleurs, que j’avais rencontré à l’époque qui m’en avait parlé. Merci à lui.
Et là, choc de ma vie. Le blog est génial, les articles que Steve Pavlina écrit
sont justes géniaux, je trouve ça exceptionnel. Moi, dans ma tête, un blog
c’était un journal intime sur internet. Là je me rends compte que déjà un blog ce
n’est pas forcément ça, que ça peut être un magazine, un support de
communication pour un auteur, des tas de choses en fait. Et je lis les articles
de Steve Pavlina, je trouve ça génial en fait et il écrit un article :
‘Comment gagner de l’argent en bloggant. Je lis l’article, il dit :
« Moi je trouve ça génial parce que j’ai juste à écrire quelques articles
par mois quand j’en ai envie sur des sujets qui m’intéressent, je promeus des
produits en affiliation c’est-à-dire que pour chaque personne qui passe par mes
liens et qui achète le produit, je touche une commission et je gagne à peu près
40 à 50 000 $ par mois. Comme ça, en bossant uniquement quand je veux, sur
des choses qui m’intéressent ». Là je vois ça je fais « Waouh ! C’est
génial !». Moi, je suis passionné de lecture, je suis passionné
d’écriture, j’avais écrit une nouvelle de science-fiction qui est paru dans un
recueil d’ailleurs, et je me suis dit : « C’est génial, j’adore
écrire, je pourrai lancer un blog sur internet parce que ça combinerai mes
passions et en plus, si j’arrive à en faire un business comme Steve Pavlina, ce
serait génial de pouvoir faire ça. Ça serait surement quelque chose qui me
permettrait d’avoir un plus grand équilibre dans ma vie. ». C’est là où
j’ai démarré mon premier blog qui a été un grand échec : Techno Smart,
c’était un mois après, j’ai été rapide. Je me suis dit : « Allez, je
me lance, je vais tester ». Et trois ou quatre mois après, je découvre un
livre qui a totalement changé ma vie qui est une des claques les plus
magistral que j’ai jamais prise en lisant un livre et ce livre est : ‘La
semaine de quatre heures’. J’ai interviewé beaucoup d’entrepreneurs et ils sont
quand même assez nombreux avoir dit qu’avoir lu ce livre, ça leur a fait un
choc vraiment fort. Il y a aussi des gens qui détestent, c’est un livre qui
prend aux tripes et qui en général, ne laisse pas indifférent. En tout cas, je sais
que ça a influencé beaucoup d’entrepreneur et ça m’a énormément influencé. En
gros Tim Ferriss, de quoi parle-t-il dans ce livre ? Simplement du fait de
comment construire un business sur internet de manière à justement pouvoir se
libérer de la contrainte de devoir échanger son temps contre de l’argent, donc
de devoir travailler obligatoirement dix, vingt, trente heures par semaine, et
de pouvoir se libérer et faire ce qu’on veut. Et quand j’ai lu ça, ça entrait
complètement en phase avec mon projet de blogging, c’était très intéressant,
c’est très complémentaire et ça a complètement révolutionner ma manière de voir
l’entreprenariat. Et d’ailleurs, ça a amené quelque chose de très intéressant,
c’est que : j’étais un grand lecteur, j’ai toujours adoré lire mais je
lisais quasiment que des livres de fiction, voilà, je ne sais pas pourquoi.
J’ai été autodidacte, pendant longtemps j’ai été très fier de ça, je ne voulais
pas prendre d’autres formations, d’autres cours parce que tu vois, j’étais
tellement intelligent que je n’avais pas besoin de le faire. Une des plus
grandes erreurs de ma vie d’ailleurs. Je n’avais pas fait le déclic qu’il y
avait des livres de non-fiction, de business intéressant pour moi. C’était
jamais rentré dans mon cerveau, je ne sais pas pourquoi. Maintenant ça me
parait évident mais l’époque à l’était pas. Et quand j’ai lu la semaine de
quatre heures, ça m’a vraiment fait un choc aussi à ce niveau-là. Je me suis
dit : « C’est dingue, je suis entrepreneur depuis huit ans, si
ce livre arrive comme ça (j’ai pu le lire en un week-end, tellement j’étais à
fond dedans) à changer complètement ma vision de l’entreprenariat, est-ce qu’il
n’y a pas d’autres livres comme ça qui sont capables de changer complètement ma
vision des choses ? » et j’ai commencé à lire un autre livre que Tim
Ferriss recommande à la fin de son bouquin qui est : ‘The E-Myth’ de
Michael E. Gerber, je l’ai lu quinze jours après et là : Baam !
Deuxième claque, j’avais les joues rouges comme ça, deuxième claque en quinze
jours. J’ai vraiment halluciné parce que, qu’est-ce que fait Michael Gerber
dans ce livre ? Malheureusement la traduction française est épuisée. Il
décrivait exactement le problème que j’avais dans ma première entreprise, mais
exactement, c’est là que je me suis rendu-compte que j’étais loin d’être un cas
isolé, que c’était au contraire un cas très courant, et quel est ce
problème ? C’est tout simplement que la plupart des entrepreneurs, les
créateurs d’entreprise partent de leurs compétences techniques pour créer leur
boite, ce qui n’est pas un mal en soi mais le problème, c’est que du coup, ils
se créent un job plutôt que de se créer un business. C’est exactement ce que
j’avais fait, j’étais parti de mes compétences informatiques, et le problème
est que ces personnes-là et j’en faisais partie ne réalisent pas que c’est bien
d’avoir des compétences techniques, d’être un bon plombier, d’être un bon
réparateur d’ordinateur, d’être un bon développeur, j’en sais rien mais il y a
aussi toutes les compétences nécessaires pour qu’un business soit n véritable
business : trouver des clients, le marketing, comment faire en sorte
d’augmenter le panier moyen des clients, toutes ces genres de choses : la
gestion des finances, ça  d quelque
chose aussi qu’il faut savoir faire pour être un vrai dirigeant d’entreprise.
Et il dit que la plupart des créateurs d’entreprise ne réalisent pas ça et le
problème, c’est qu’ils font des tas de choses de travers au niveau de leur
business. Ils font bien leur métier à la base mais il y a tout ce qui est au
niveau du business et qu’ils le font mal parce qu’ils n’y connaissent rien. Le
problème c’est que la plupart d’entre eux du coup font des horaires pas possibles,
qu’ils ne sont pas efficaces et ils se retrouvent enfermés dans leur business.
D’où le titre qui est ‘Le mythe de l’entrepreneur’ et il dit : «
Voilà, on a l’impression que quand on créé une entreprise, on devient libre et
indépendant, la plupart du temps, ce n’est pas vrai, on s’enferme dans sa
propre prison parce qu’on ne sait pas comment faire » et il
dit : « La grande différence, la grande nuance entre le créateur
d’entreprise qui se créé son job et le créateur d’entreprise qui se créé un
business est la suivante : le créateur d’entreprise qui se créé son job,
il travaille dans son entreprise, le créateur d’entreprise qui se créé un
business travaille sur son entreprise ». Donc voilà, je vais vous laisser
réfléchir à ça. La première fois que j’ai lu ça, j’ai
fait : « Hein ?! ». Mais maintenant c’est tellement
logique et vous comprendrez de toute façon à un moment ou à un autre. Et donc
il y a ces deux déclics qui se mettent en place, là et « Waouh ! »
et à côté de ça j’avais mon projet de blogging déjà. Il y a des choses qui se
mettent en place dans ma tête et je me dis : « Waouh ! »,
il faut que je me trouve d’autres livres de business parce que deux claques
comme ça ! Et je tombe sur une liste qui s’appelle le ‘personal MBA’ et
tout simplement le créateur dit « ça sert à rien de passer le MBA parce
que ça sert à rien, que ça coûte cher, que vous allez mettre des années à
rembourser votre dette et que ce n’est pas vraiment rentable.

Zico Kiaxx : On peut juste redéfinir le
MBA ?

Olivier Roland : Le MBA, c’est un Master of
Business of Administration si je me rappelle bien et donc c’est un diplôme très
prestigieux qui peut couter extrêmement cher. Alors ça dépend des écoles mais
ça peut coûter entre 50 000 et 100 000 $, plus un à deux ans de votre
vie, donc il y a aussi le coût donc il y a aussi le cout de l’opportunité parce
que vous ne touchez pas de salaire pendant ce moment-là. Par contre ce qui est
sûr c’est que c’est un vrai sésame pour être employé à des bons salaires mais
il y a des voix qui se sont élevées en disant que souvent c’est assez inutile
le savoir qu’on apprend là-dedans : on l’utilise peut-être à 10, 15 ou
20%, il y a beaucoup de bla bla comme dans toutes les écoles. OK, il y a du
réseau mais vous pouvez aussi vous faire un réseau dans la vie, il n’y a pas
besoin d’école pour ça. Notamment, il y a Seth Godin, qui est un auteur de
livre de marketing, de business extrêmement connu aux États-Unis et qui avait
écrit un article comme ça en 2005 en
disant : « Hé ! »…ce qui s’était passé en fait, c’est
qu’il y avait une centaine d’aspirants pour aller à Harvard qui avaient bénéficié
d’un bug informatique et qui avaient été voir, avant qu’on leur dise, s’ils
avaient été admis ou pas et Harvard avait décidé de tous les refuser pour le
MBA. Ça avait fait beaucoup de bruits dans la presse et Seth Godin a dit :
« Hé ! Mais c’est génial, c’est la meilleur chose qui pouvait leur
arrivé dans leur vie parce qu’un MBA, à sert à rien, c’est beaucoup trop cher,
etc… » Et il a dit quelque chose qui a fait tilt dans l’esprit de
quelqu’un, il a dit : « vous pouvez avoir l’essentiel du savoir qu’on peut
avoir dans un MBA en lisant les 30 à 40 meilleurs livres de business au
monde. » Et Josh Kaufman qui était cadre chez Procter & Gamble à ce
moment-là tombe là-dessus et se dit : « Mais oui, mais
oui ! » Et il se donne comme challenge de dresser une liste des
meilleurs livre de business au monde. C’est ce qu’on appelle le ‘personal MBA’.
Je tombe là-dessus, je me dis : « Waouh !
Génial ! », J’en achète deux ou trois, je les lis, je les trouve
géniaux, je me dis : « OK, je vais tous les faire ou en tout cas
une grosse partie. Et c’est là où tout se met en place, tu vois, toutes ces
choses-là : mon projet de blogging et de lancer un business sur internet,
le fait que je doive lire des bouquins de business, etc…et ce ‘personal MBA’.
Et là j’ai l’idée de créer un blog dans lequel je vais parler de livres comme
ça qui peuvent changer la vie parce que c’est ce que je venais de vivre en
fait, à avait complètement changer ma vision des choses. Et je me dis :
« Voilà, je vais parler de ça, c’est super, c’est génial, ça me passionne,
en plus je vais pouvoir lancer un vrai projet de blogging pour en faire une
entreprise derrière et en plus, ça va me motiver par ce que je vais dire. Je
vais dire : « Voilà mon challenge, je vais lire 52 des meilleurs
livres de business au monde pendant 52 semaines, donc un an et je vais écrire
et publier un résumé sur ce blog toutes les semaines.

Zico Kiaxx : C’était le défi que tu avais lancé
pour lancé ton blog.

Olivier Roland : C’était le défi que
j’avais lancé et ça m’a attiré pas mal d’attention pour un jeune blog. Il y a
eu des liens qui ont été créé, des gens qui en ont parlé sur leur blog, etc…Donc
c’était vraiment pas mal. Et c’est comme ça que j’ai lancé mon premier blog à
succès : « Des livres pour changer de vie ». C’est ça qui a fait
que je suis devenu bloggeur. Voilà, tout s’est mis en place et aujourd’hui, je
vis cette vie dont j’ai rêvé en lisant ‘la semaine de quatre heures’ et avant
les articles de Steve Pavlina puisque j’ai un chiffre d’affaire tout à fait intéressant.
J’ai une grande liberté dans mon emploi du temps

Zico Kiaxx : Tu es  à peu près à 30 000 € par
mois ?

Olivier Roland : Oui, un peu plus de
30 000 € par mois de chiffre d’affaire avec une bonne marge et peu
d’employés donc c’est sympa. Et surtout cette liberté géographique, cette
liberté d’employer mon temps comme je le veux puisqu’aujourd’hui, j’ai mes
blogs qui travaillent pour moi comme je l’ai dit tout à l’heure, j’ai des
centaines de personnes qui s’inscrivent à mes listes tous les jours, quel que
soit ce que je fais. Alors évidemment, je travaille quand même un petit peu, il
y a des choses qui me passionnent. Il y a des moments où je travaille beaucoup,
d’autres où je travaille moins, notamment quand je voyage et je voyage quand
même beaucoup, j’ai calculé que sur les deux dernières années, j’ai passé quasiment
la moitié du temps à l’étranger, donc c’est pas mal. Et là, par exemple, je
travaille sur un livre. Mais j’ai le choix de faire ce que je veux, je n’ai pas
besoin de travailler en tant que tel. J’ai besoin de travaillé un minimum
d’heures et tout le reste c’est par choix ou par passion. Voilà, je m’implique
dans beaucoup d’activités à côté, je suis en train de passer mon brevet de
pilote d’avion par exemple, ce genre de choses. C’est vraiment génial et c’est
vraiment important si vous aussi vous voulez avoir plus de liberté dans votre
entreprise, de bien faire comprendre cette différence de savoir comment
utiliser la puissance d’internet pour automatiser votre entreprise et
comprendre la différence, la nuance très importante entre travailler dans votre
entreprise et travailler dans votre entreprise.

Zico Kiaxx : Alors ce sont vraiment des pépites
énormes pour ceux qui ne connaissaient pas la puissance d’internet et ce que ça
peut donner. Là on vient vraiment d’avoir toute une histoire de vie qui résume
bien l’histoire d’Olivier Roland et je voudrais encore juste terminer sur ce
point en parlant du principe même de l’automatisation parce qu’on parle souvent
du fait que l’entreprise travaille pour toi. Pour ceux qui ne connaissent pas
ce principe, il existe des auto-répondeurs qui fonctionne, il existe vraiment
tout un système, toute une mécanique qui fait qu’il n’a pas forcément besoin d’avoir
beaucoup de salariés. Est-ce que tu peux nous parler de cet aspect justement
d’automatiser ton travail au niveau même de la gestion du temps, de
l’organisation du temps, et de ce que tu utilises comme outils ?

Olivier Roland :

En fait, essentiellement l’automatisation d’une entreprise sur internet repose sur
tout ce que les ordinateurs peuvent faire ça notre place. Mais pas seulement on
délègue aussi à des êtres humains évidemment : des prestataires ou des
salariés. Alors juste un exemple de ce que aujourd’hui l’informatique permet de
faire pour automatiser une entreprise. Aujourd’hui j’ai à peu près 140 000
visites par mois sur mes trois principaux blogs, d’accord ? Ça veut dire
que même si j’arrête de publier des articles demain, pendant plusieurs mois, ça
va sans doute rester à ce niveau-là après ça va sans doute chuter un petit peu
surtout si j’arrête de publier complètement des articles mais il y a cette idée
que tout le travail que j’ai fait avant s’accumule et finit par travailler pour
moi, c’est vraiment important : tous les articles que j’ai écrit et qui
sont publiés sur mes blogs donc, aujourd’hui travaillent pour moi tous les
jours et je n’ai rien à faire. Et ensuite une partie de ces visiteurs sont
convertis en prospects automatiquement grâce aux formulaires qui sont sur les
sites et là pareil, je n’ai pas besoin d’agir directement sinon je deviendrai
fou. Ce sont les prospects qui font tout tous seuls et qui s’inscrivent, etc…
Et ensuite je peux très bien vendre des produits de manière automatique, je
peux mettre une séquence dans l’auto-répondeur donc on programme une séquence
d’email : donc on a un email de bienvenue et puis trois jours après ils
reçoivent un autre email, etc… On peut très bien mettre des emails de vente
là-dedans pour vendre des livres par exemple. Je prends un exemple tout bête de
vente de livres numériques. C’est un livre que vous pouvez acheter donc au
format numérique : PDF pour lire sur votre ordinateur ou sur un Kindle ou
sur un iPad, ce genre de choses et imaginons : on va faire tout le tunnel
de vente. Vous tapez un terme dans Google, j’en sais rien : ‘comment créer
son entreprise’ par exemple. Vous arrivez sur un article de mon blog, vous le
trouvez super et vous voyez que si, en plus, vous laissez votre prénom et votre
email, je vous offre un séminaire audio sur ‘les 7 étapes pour ne plus
procrastiner et créer son entreprise’, ça vous intéresse, vous voulez créer une
entreprise, vous venez de taper sur Google : ‘comment créer son entreprise’.
Alors vous rentrez votre prénom et votre mail. Il y a un mail de bienvenue, je
vous donne le séminaire audio, vous le trouvez super.

Zico Kiaxx : C’est vrai que tout est automatisé.

Olivier Roland : Tout est automatisé. Moi,
je ne suis jamais intervenu là-dedans sauf au début pour mettre en place le
système. Et ensuite vous recevez un autre mail qui vous parle d’autre chose,
puis un autre mail qui vous donne encore de la valeur, et puis voilà, vous avez
vraiment l’impression que je sais de quoi je parle, en plus je vous donne des
choses intéressantes qui vont vous servir concrètement dans votre projet. Et là
vous recevez un mail qui vous dit : « Hé ! En plus, je suis
l’auteur d’un livre ‘Comment créer votre entreprise’, vous pouvez l’acheter,
cliquez là ». Et voilà, vous êtes intéressé, vous cliquer sur le lien et
vous arrivez sur une page de vente qui vous donne les bénéfices de ce livre-là
et si vous décidez de l’acheter, vous cliquer sur ‘J’achète’, vous rentrez
votre numéro de carte bleue ou bien vous vous connecter à votre compte Paypal
pour payer avec Paypal par exemple, vous validez. Le système de paiement
renvoie à mon système que le paiement a été validé. Vous recevez un email avec
le lien pour télécharger le livre, vous le téléchargez et vous pouvez le lire
sur votre ordinateur, sur votre iPad, etc… Qu’est-ce qui s’est passé
concrètement ? Mon entreprise a gagné de l’argent, le client est devenu
prospect et a reçu un produit et pourtant manuellement, je ne suis pas
intervenu du tout. Tout a été complètement automatisé du début à la fin et
c’est ça la puissance d’internet et c’est pour ça qu’il y a des entrepreneurs
qui ont réussi sur internet et qui travaillent très très peu parce qu’ils ont
mis en place tous ces systèmes qui leur permettent de gagner de l’argent de
manière complètement automatique. Alors après bien sûr, il y a du support
client à assurer mais ça peut très bien être délégué à des prestataires ou des salariés.

Zico Kiaxx : Tout à fait, parce que, quand justement
ton entreprise fait tout ce service et génère un revenu et apporte de la
valeur, tu peux très bien être en vacances, tu peux très bien être en train de
te balader ou être devant ton ordinateur avec cette liberté. Une précision
supplémentaire : tous tes produits actuellement sont numériques,
c’est-à-dire que ce sont des produits d’information, ils sont principalement
sur internet, il n’y a pas un cout de production qui est élevé non plus.

Olivier Roland : Il faut savoir que je
pourrai très bien vendre des DVD par exemple parce qu’aujourd’hui il y a des
entreprises où on envoie juste la commande du client, ça peut être fait
automatiquement. Elles pressent le DVD, elles l’envoient. C’est ce qu’on
appelle du drop-shipping, c’est super pratique, vous n’avez pas à intervenir
là-dedans, mais effectivement c’est quand même plus pratique d’avoir juste des
produits numériques.

Zico Kiaxx : Superbe ! Alors, vous avez
plusieurs clés et je vais vraiment synthétiser cette partie. On a parlé
beaucoup de cet aspect de l’entreprise qui travaille dans son entreprise ou sur
son entreprise, je le développe beaucoup dans ma méthode ‘Génie’, on parle
d’être enfermé justement dans ce stade. Et la grande difficulté que rencontrent
les entrepreneurs et peut-être vous si vous nous suivez, c’est qu’on n’en prend
pas conscience. On sait que pour réussir et pour pouvoir satisfaire son
ambition, il faut être entrepreneur, il faut entreprendre. Et puis quand on
commence, on rentre dedans et on y va et les années passent et les jours
passent sans vraiment s’en rendre compte et c’est important d’avoir comme ça un
regard extérieur : un livre par exemple pour ton cas qui a fait la prise
de conscience ou peu importe que ce soit autre chose donc soyez curieux, soyez
toujours amateur d’informations. Allez vous former et découvrez parce que c’est
souvent les leviers qui vous permettent d’avancer plus vite. Internet est un
levier, le fait justement de pouvoir utiliser l’expérience des autres est un
grand levier, le talent des autres et tout ce qu’ils peuvent vous permettre
d’avoir et ça vous servira toujours dans votre business. Alors Olivier,
j’aimerai que tu puisses nous parler de positionnement. Quand on démarre une
entreprise, on peut soit arriver et se positionner tout de suite, avoir les
prix les plus chers, les meilleurs clients directement ou alors on peut
attendre des années et des années. Quel est l’état d’esprit dans lequel c’est
important de commencer pour bien se positionner et d’avoir une bonne clientèle.

Olivier Roland : L’état d’esprit, je pense
que c’est d’utiliser les bons outils. Il y a aujourd’hui des méthodes éprouvées
dont on connait l’efficacité et qui fonctionnent très bien sur internet, alors
ça veut pas dire encore une fois que le succès est garanti, hein ? Mais,
on sait que ça fonctionne très bien en général et donc la méthode la plus
puissante aujourd’hui que l’on connait sur internet pour se positionner et
vendre et avoir les meilleurs clients, les meilleurs prix, etc… C’est le
lancement orchestré et vous avez sans doute déjà vu ça. C’est que, quand on a
une série de vidéos qui sont publiées à intervalles réguliers, où il y a tout
un ensemble de partenaires qui promeuvent. C’est un grand évènement sur
internet. C’est presqu’une fête, j’ai envie de dire. Et après on ouvre les
ventes pour un produit qui est évidemment relié aux vidéos qui ont été publiées
et ça c’est déjà une excellente méthode pour vendre. Alors comme partout, il y
a des échecs dans les lancements orchestrés, parfois vous ne faites pas un
chiffre d’affaire très intéressant mais quand ça marche bien, on peut en
général faire un chiffre d’affaire équivalent à ce qu’on aurait fait en un an
sans un lancement orchestré, en quelques jours, c’est vraiment puissant.

Zico Kiaxx : Magique !

Olivier Roland : C’est presque magique. La
première fois que j’ai vu ça, moi, c’était incroyable : toutes ces
commandes qui arrivaient toutes les minutes, tout l’argent qui arrivait sur le
compte, c’était incroyable de voir à quel point c’est efficace. Et non
seulement c’est extrêmement puissant pour vous de vendre, mais en plus c’est
tellement puissant pour vous positionner parce que vous êtes le centre
d’attention de votre marché pendant ces quelques jours et tout le monde ou
presque à les yeux rivés sur vous. Et vous acquerrez vraiment un statut de
personnage incontournable dans votre domaine, et ça vous donne tout de suite un
positionnement, vous démarrez sur les chapeaux de roues, vous vous distinguez
immédiatement la concurrence et c’est vraiment une des meilleures choses que
vous pouvez faire quand vous lancez un business.

Zico Kiaxx : C’est une des grandes clés que tu
utilises. Ton plus gros lancement en termes de chiffres sur une période courte
a généré combien ?

Olivier Roland : Il a généré à peu près
185 000 € TTC  je crois de
ventes.

Zico Kiaxx : En combien de temps ?

Olivier Roland : En quelques jours, en cinq
ou six jours. Alors ce sont des ventes, ce qui veut dire que derrière, on
compte les remboursements ou les personnes qui arrêtent de payer en cours de
route, voilà, ce genre de chose. Ce sont des commandes en fait, 185 000 €
de commandes.

Zico Kiaxx : C’est magique, c’est presque
magique !

 

Olivier Roland : C’est sympa effectivement.

Zico Kiaxx : En cinq, six jours. Alors ce n’est
pas un hasard, il y a tout un processus, il y a toute une stratégie marketing.

Olivier Roland : Ce n’est pas un hasard,
c’est vraiment un vrai système, une vraie méthode qui a été testée dans des
milliers de marchés différents. Son créateur qui est américain et qui s’appelle
Jeff Walker estime que ses clients avec sa méthode ont gagné environ 300
millions de dollars de chiffre d’affaire sur à peu près toutes les niches
imaginables, qu’on peut imaginer. Donc ça a vraiment été testé et retesté,
c’est un processus qui a été raffiné et qui fonctionne extrêmement bien. Alors
évidemment, ça veut pas dire que c’est une baguette magique et que, si vous
avez un produit qui n’intéresse personne et qui est vraiment mauvais, ça va
aider à le vendre. Il faut quand même avoir une offre qui intéresse les gens et
qui soit de qualité.

Zico Kiaxx : C’est un trait de précision et il y
a un élément qui est très important, ce sont les partenaires qui ont un rôle
majeur dans les lancements et aujourd’hui beaucoup des gens qui nous suivent on
peut être entendu ou lu qu’il faut contacter les partenaires pour pouvoir tout
de suite être en contact avec leur clientèle mais au moment de le faire, ne
savent pas vraiment comment s’y prendre, font beaucoup d’erreurs ou alors n’ont
pas beaucoup de retours et de résultat et se retrouvent sans beaucoup de
partenaires. Quels sont les conseils que tu pourrais donner à quelqu’un qui
voudrait entrer en contact avec des partenaires qui ont une influence sur le
marché.

Olivier Roland : Alors ça c’est souvent
l’erreur que font énormément de débutants, c’est qu’ils s’y prennent vraiment à
peu près de toutes les manières possible et imaginable pour entrer en contact
avec des partenaires. Moi, c’est ce que je pensais au début, je me
disais : « Bah, je vais leur donner de l’argent et ils vont être
contents de le faire », limite s’ils devraient me demander tu vois, s’ils
ont le droit de me promouvoir. Ce n’est absolument pas comme ça que ça se
passe. Vos partenaires, ils vous font une faveur quand ils vous promeuvent, ça
leur prend du temps et ce ne sont pas leurs produits mais vos produits. Alors
ils savent qu’ils peuvent toucher une commission d’affilié mais vous devez déjà
les approcher de manière intelligente et vous devez les motiver. Alors comment
les approcher intelligemment ? Si vous voulez vous connecter à des
partenaires qui sont beaucoup plus gros que vous. La plus mauvaise approche,
c’est d’envoyer un mail en disant : « Hé ! Bonjour, bein,
voilà, je vais faire un lancement dans quinze jours, est-ce que vous voulez
bien être mon partenaire, ça va être chouette, ça va être génial ». Vous
aurez à peu près 95% de chance de ne pas avoir de réponse ou des réponses
négatives. Ce qu’il faut c’est d’abord de vous connecter de manière
intelligente à ce partenaire et lui apporter de la valeur. Vous devez lui
apporter de la valeur d’une manière ou d’une autre. Ça peut être par exemple de
lui proposer des articles invités intéressants qui apportent vraiment de la
valeur, ça peut être en l’aidant sur quelque chose, un problème qui l’embête,
ça peut être en postant des commentaires qui apportent vraiment de la valeur
dans ses blogs, il y a des milliers de manières d’apporter de la valeur à
quelqu’un. Et il faut que vous donniez avant de demander. C’est comme ça, il
faut donner avant de recevoir. C’est toujours beaucoup plus efficace. J’adore,
j’aime beaucoup un livre qui s’intitule :’Lead the field’ de Earl
Nightingale qui est un excellent livre de développement personnel et il se
dit : « Il y a beaucoup de personnes qui se plaignent qu’il fait
froid et qui commencent à râler alors que ce sont eux qui n’ont pas mis de
bûches dans le feu ». C’est une métaphore pour dire que souvent, il y a
beaucoup de problèmes comme ça où il faudrait qu’on se regarde un petit peu
avec de se plaindre. Et la métaphore de mettre des bûches aussi dans le feu,
c’est d’abord de donner et d’alimenter la source des bienfaits qu’on veut
recevoir, tout simplement. Voilà, ça c’est extrêmement important. J’ai fait une
excellente interview de Sonia Simon, une co-auteur, une copropriétaire de
CopyBlogger, qui est un des plus gros blog de marketing au monde et qui
expliquait comment elle est partie de rien et elle s’est connecté aux plus
grands de son secteur et elle explique très bien comment elle a fait ça et
c’est vraiment une interview extrêmement riche. Je vous recommande de la
regarder et de suivre ça à la lettre. C’est très impressionnant. Et ensuite,
imaginons que vous avez l’accord de certains partenaires pour vous promouvoir.
Il ne faut pas croire que c’est gagné et que c’est tout cuit dans le bec. Il
faut vraiment que vous leur mâchiez le travail au maximum. Donc il faut que
vous fassiez un maximum d’efforts pour que vos affiliés n’aient pas eux,
beaucoup d’efforts à faire parce que voilà, vos affiliés, ils ont leur propre
business ils ont leur propre vie, ils ont préoccupés par pleins de choses, ils
ont plein de choses à faire. Ils n’ont pas autant de passion pour votre produit
que vous en avez pour votre produit, c’est normal et ça sera exactement pareil
quand vous allez promouvoir le produit de quelqu’un d’autre. Vous devez faire
des tas de choses pour les motiver. Vous devez être surs déjà et vous allez
voir que dans un lancement, il y a des tas de décisions que vous allez devoir
prendre qui vont soit, avantager vos affiliés, soit vous avantager vous. Et je
vous recommande fortement pour leur motivation à court, moyen et long terme, de
choisir tout le temps les décisions qui vont les avantager eux. Donc voilà,
vous pouvez faire des concoures entre les affiliés et pour les motiver leur
donner des cadeaux, ce genre de choses et surtout ne jamais rompre le contact.
Comme on voit parfois sur certains lancements, on reçoit un mail au début, un
mail à la fin et entre les deux, on ne sait pas. C’est une des plus mauvaises
choses que vous pouvez faire si vous voulez que vos affiliés restent motivés.

Zico Kiaxx : Tout à fait, alors parles-nous de
tes débuts. Toi-même quand tu entrais en contact, on en a parlé un tout petit
peu, je me rappelle avec Christian Godefroy, qui m’a fait connaitre ton travail
il y a plusieurs années, j’avais vu un bloggeur comme ça qui faisait une
interview, c’était assez marquant il y a plusieurs années.

Olivier Roland : C’est que j’ai fait avec
Christian Godefroy est un excellent exemple de stratégie que vous pouvez
utiliser pour entrer en contact avec des personnes qui sont plus grandes que
vous. Je venais tout juste de faire mon premier lancement interne, ça m’avait
rapporté…on avait fait à peu près 20 000 € de chiffre d’affaire de ventes,
donc c’est plutôt pas mal mais j’étais un minus, une fourmi par rapport à
Christian Godefroy qui faisait, je ne sais plus, environ 2 millions de chiffre
d’affaire par an. Vous imaginez, moi, j’avais fait 20 000, lui il faisait
2 millions

Zico Kiaxx : Christian Godefroy était un grand
leader qui nous a quitté récemment et il était 100 fois plus gros que moi, vous
imaginez 100 fois plus gros que moi ? J’étais vraiment rien du tout. Mais
j’ai eu une stratégie intelligente, je savais qu’après ce lancement internet, je
voulais faire un lancement public et je voulais l’avoir comme affilié parce que
je savais qu’il était un des plus importants tout simplement et qu’il avait
énormément de prospects passionnés par lui, fidèles etc… Et ce que j’ai fait
pour entrer en contact avec lui c’est pas compliqué, j’ai tout simplement
acheté son produit le plus cher à l’époque qu’il vendait. Voilà, je me suis
dit : « ça va être un investissement et ça va me permettre d’entrer
en contact avec lui. Il avait fait un lancement d’ailleurs sur ce produit, un
super lancement, qui était le premier produit avant même le premier lancement
de Sébastien qui a introduit cette notion de lancement sur le marché français.
Je l’ai acheté, j’étais un des tous premiers à l’acheter, je crois, il avait ouvert
les ventes à midi et à midi une, j’avais déjà reçu mon mail de validation pour
dire à quel point j’étais vraiment au taquet. Je lui avais envoyé un mail pour
me présenter, il m’avait répondu à 2 heures du matin, un mail à moitié écrit,
il venait de faire un lancement, il devait être complètement crevé. Et il avait
dit que pour les 50 ou 100 premiers, il donnerait son numéro de téléphone,
c’est pour ça que j’étais au taquet, je voulais être sûr de l’avoir et, ce que
j’ai fait, c’est que je l’ai appelé un mois après, je crois, un mois après
avoir acheté. Je lui ai dit : « Voilà, je m’appelle Olivier Roland,
j’ai acheté ce produit et je veux faire un super lancement, est-ce qu’on peut
en parler ? Et peut-être qu’on pourrait travailler ensemble là-dessus et
voilà, c’est comme ça qu’on est entré en contact ». Il a été l’affilié
pour ‘agir et réussir’ et ça a été le plus gros affilié donc il a vraiment eu
une importance significative dans le succès de ce lancement. C’est ce lancement
qui a vraiment lancé ma carrière on va dire, enfin, qui m’a fait atteindre un
nouveau niveau. Et voilà, sans Christian, je n’aurais pas eu le même niveau de
succès. Alors je pense que j’aurai quand même eu un succès mais moindre. Voilà
le genre de stratégie à laquelle la plupart des personnes ne pensent pas. Il
faut vous dire que si vous vous contentez d’envoyer un mail à un partenaire qui
est extrêmement connu, il reçoit des dizaines, des centaines de mails par jour,
qui ne sont sans doute même pas lu par lui mais par un assistant. Comme pour
moi par exemple, c’est mon assistant qui lit les mails pour moi et qui fait le
tri. Comment faire pour sortir du lot. Le meilleur moyen, celui que j’ai
utilisé pour Christian et ça a bien marché, c’est d’acheter son produit. Déjà,
vous sortez du lot, vous faites partie des clients et non plus des prospects.
Et si en plus derrière…il y a deux moyens après ça de se distinguer encore
plus, vous pouvez contacter cette personne en lui disant : « Je
trouve ton/votre produit génial, je vais l’appliquer là en faisant ça, est-ce
que tu peux m’aider ? ». C’est super, on le sait très bien, parce que
pour les produits en ligne, malheureusement la plupart des personnes ne
l’appliquent pas jusqu’au bout. Déjà le fait que vous regardiez tout et que
vous vous dites : « je vais l’appliquer, est-ce que tu peux me
donner un conseil ? » ça vous distinguez déjà de la très grande
majorité de tous ceux qui l’ont acheté. Déjà en achetant, vous vous distingué
de la majorité des autres. Vous êtes déjà dans une petite catégorie. Et encore
mieux : c’est que si vous avez appliqué et que vous avez eu un succès avec
ce produit, alors là, c’est génial parce que vous
dites : « Hé ! J’ai trouvé ton produit génial, je l’ai
appliqué, j’ai eu ce succès-là, c’est génial ». Alors là je peux vous dire
que vous apparaissez sur le radar avec un énorme gros point et qu’il ne peut
plus vous ignorer, c’est impossible. Et que là, vous pouvez vraiment discuter
avec lui de partenariat et tout ça. Voilà la meilleure manière je pense de se
connecter avec des partenaires et il y en a d’autres mais en tout cas, envoyer
un mail comme ça dans le vide, comme on envoie une bouteille à la mer, en
général, ça ne marche pas.

Olivier Roland : Oui, qui nous a quitté
malheureusement récemment.

Zico Kiaxx : Tout à fait. Ton histoire me fais
penser à la mienne avec Christian Godefroy qui m’a aussi lancé, j’ai envie de
dire, juste avant son grand départ, avec aussi une approche que je développerai
dans d’autres vidéos. Et si vraiment comme ça dans votre marché, dans votre
secteur, vous avez comme ça, vous avez des personnes qui sont 100 fois, 200
fois plus avancées que vous en termes de réseau, de clientèle ou d’expérience,
qui peuvent vous apporter de l’aide, qui peuvent vous aider à passer du jour au
lendemain de l’ombre à la lumière, vous devez être en mesure de pouvoir entrer
en contact avec eux de façon irrésistible et de façon intelligente et
stratégie. Merci en tout cas pour les grands conseils qu’on vient de partager.
Olivier, donc je sais que tu es en train d’écrire un livre, que déjà, en tout
cas, il est bien avancé, je ne sais pas s’il est peut-être, au moment où vous
regardez cette vidéo, déjà disponible. En quelques mots, quel est le point que
tu veux aborder dans ce livre.

 

Olivier Roland : C’est un livre qui parle
de deux points qui sont essentiels pour moi. Ce sont les limites du système
éducatif aujourd’hui, le fait qu’on peut accomplir énormément en
s’auto-éduquant, moi j’en suis un exemple vivant et le fait que
l’entreprenariat est une excellente voie déjà pour se créer son job pour vivre
la vie qu’on mérite en fait. Et je pense que ce sont des choses dont on ne
parle pas assez, qu’on ne dit pas assez aux jeunes qui ont l’impression qu’ils
doivent absolument avoir un bac+5, un bac+8, bientôt un bac+12 sans doute et
ensuite trouver un job dans une grosse boite, être sur le marché de l’emploi,
avoir le risque du chômage, etc… Évidemment il y a des risques qui sont
associés à la création d’entreprise mais ils ne sont pas aussi important qu’on
le croit, par exemple, il faut savoir que, effectivement il y a 50% des
entreprises qui disparaissent dans les cinq ans après leur création mais que
seulement 15% des entreprises disparaissent suite à un dépôt de bilan, il faut
le savoir. La plupart des disparitions sont dues à des causes qui n’ont rien à
voir avec l’entreprise, c’est parfois des évolutions favorables, elles se font
racheter, ce genre de choses ou alors elles disparaissent suite à une décision
du créateur. On peut vraiment se lancer dans l’entreprenariat comme un test,
comme une hypothèse et qu’on a, en faisant les choses bien, beaucoup moins de
risques de perdre des plumes que ce qu’on croit généralement. Voilà. Il y a
beaucoup de choses abordées dans ce livre. Je l’ai vraiment conçu comme un
manuel pour les rebelles intelligents, c’est comme ça que je le nomme. Pour
toutes les personnes qui ne se sentent pas vraiment à l’aise dans le système,
qui rêvent et qui ont envie d’autres chose.

Zico Kiaxx : Le système scolaire ?

Olivier Roland : Le système scolaire et
même le système de l’emploi actuel et qui ont envie de s’émanciper de tout ça,
qui ont envie de plus de liberté et d’indépendance. J’ai conçu un manuel pour
ces rebelles intelligents, pour leur montrer un peu ce qu’il est possible de
faire aujourd’hui concrètement dans notre société

Zico Kiaxx : Génial, je sais que tu as beaucoup
de vidéos, qu’il y a des campagnes, je vais mettre des liens ici, en-dessous de
cette entrevue et je vais faire également un résumé pratique des meilleurs
conseils que tu as partagé sans forme de livret ou d’audio, vous pourrez le
recevoir en téléchargeant, en regardant quelque part sur ce site, il y a
certainement un lien pour le recevoir. Alors Olivier, pour terminer, je
voudrais que tu donnes un conseil à une personne qui nous suit, qui désirerait
justement aller sur internet et se dire que dans un an, deux ans, trois ans, il
pourrait avoir une place importante avec de bons clients, avec de bons
partenaires. Quelle est la première chose qu’il pourrait faire aujourd’hui ?

Olivier Roland : Je vais donner un conseil
que je donne souvent dans les interviews comme ça : Agissez. Beaucoup de
personnes malheureusement regardent des vidéos comme ça et se disent :
« Ah ouais ! C’est génial et elles ne font rien, rien du tout. Moi, ce
que j’aimerai, c’est que : soit vous regardez à nouveau cette interview,
soit vous fouillez dans votre mémoire sur ce que vous avez retenu de cette
vidéo parce que vous l’avez quand même regardée jusqu’au bout, ça montre que
vous êtes motivé et intéressé par le sujet. Et choisissez dans tout ce que vous
avez retenu ou ce que vous allez revoir, une chose que vous allez faire, une
chose et commencez-là demain, pas plus tard, demain et ça fera toute la
différence du monde parce que si vous ne faites aucune action après tout ce que
vous avez entendu, qu’est-ce que ça vous a apporté concrètement cette
interview ? C’est bien, OK vous avez trouvé ça super, ça a peut-être
masturbé intellectuellement votre cerveau, très bien, c’est agréable la
masturbation, on se sent bien mais est-ce que ça nous apporte concrètement
quelque chose, pas forcément ? Choisissez une action et faites-là, c’est
mon conseil. Voilà, je pense que j’ai donné beaucoup de bons conseils, enfin
j’espère en tout cas dans cette interview. Si vous êtes encore là, je pense que
c’est le cas. Choisissez une chose et mettez-là en pratique

Zico Kiaxx : Voilà, c’est le mot de la fin, la
pratique, l’action. J’ai été ravi en tout cas de partagé ce moment avec Olivier
Roland, l’un des leaders du blogging de la francophonie. Merci beaucoup pour
ton accueil et à très bientôt !

Olivier Roland : Merci à toi Zico.

37 Comments

  • Pierre

    Reply Reply 19 septembre 2013

    Oui merci pour cette présentation, au plaisir de la suite..? Pierre

    • Zico Kiaxx

      Reply Reply 21 septembre 2013

      [Pierre]

      Salut Pierre,

      Il y aura effectivement, sur ce blog, d’autres entrevues et conseils
      en stratégies d’approches.

      Merci pour ton intérêt fidèle…

      En toute amitié —
      Zico,

  • Victor

    Reply Reply 19 septembre 2013

    Superbe interview !

    C’est très inspirant, ça donne la pèche pour continuer à avancer sur ses projets et passez à l’action…

    Merci à vous deux pour tout le contenu que vous partagez.

    Victor

    • Zico Kiaxx

      Reply Reply 21 septembre 2013

      [Victor]

      Salut Victor,

      Je suis ravi de vous lire, et de constater que notre objectif est atteint…

      Mes meilleurs voeux de succès et d’amitié —
      Zico,

  • Seb

    Reply Reply 19 septembre 2013

    Merci Zico et merci Olivier,

    l’interview et vraiment super. L’exemple d’Olivier Roland est vraiment inspirant et montre bien comment internet est en train de révolutionner le monde de la vente et notamment dans le domaine de l’information.

    Ce qui est intéressant c’est de savoir que la vente d’information et un marché jeune en francophonie et qu’il y a encore beaucoup à faire.

    • Zico Kiaxx

      Reply Reply 21 septembre 2013

      [Seb]

      Salut Sébastien,

      Le marché francophone a encore tellement de belles possibilités
      de création d’entreprises sur le web !

      Cette interview a pour objectif de vous aider, de vous encourager
      à vous décider de prendre votre place (en or:-)

      Avec mes meilleurs voeux de succès et d’amitiés —
      Zico,

  • Elisabeth

    Reply Reply 19 septembre 2013

    Merci Zico et merci Olivier,
    Cela fait très peu de temps que j’ai compris, en tant qu’entrepreneur, la nécessité de travailler sur son entreprise. Je me suis bien reconnue dans le parcours d’Olivier.
    On commence toujours par travailler dans son entreprise, créer son job mais au bout du compte, le retour sur investissement (notamment investissement en temps) est minime voire des fois négatif !!! Merci de nous avoir donné des pistes de réflexion ET d’actions à entreprendre. Si je devais donner un conseil aux entrepreneurs, c’est de suivre quelques formations mais pas n’importe lesquelles : la création de blog (à la portée de tout le monde), la stratégie marketing à mettre en place, bien évidemment les lancements orchestrés et savoir conclure des partenariats stratégiques. Beaucoup de boulot mais cela vaut le coup !!!
    Encore merci à vous deux
    Elisabeth

    • Zico Kiaxx

      Reply Reply 21 septembre 2013

      [Elisabeth],

      Salut Elisabeth,

      Il existe, effectivement, une grande différence
      (résultats, style de vie, satisfaction personnelle,…)
      entre l’entrepreneur qui « travaille DANS son entreprise »
      et celui qui « travaille SUR son entreprise ».

      Un entrepreneur qui développe une approche irrésistible
      sur son marché, avec sa communauté, ses partenaires ou son équipe,…
      commence par « travailler sur lui » pour devenir une opportunité
      pour les autres…

      Merci beaucoup pour ton commentaire !
      En toute amitié —

      Zico,

  • Céline Lévesque

    Reply Reply 19 septembre 2013

    Merci à vous deux,

    En effet, c’est la procédure de A à Z pour réussir sur Internet. Ya pas de doute. L’exemple d’Olivier est parfait pour réussir, ce qu’il donne en message, son parcours et la façon d’avancer, ce qu’il faut faire… tout ça est très très bon.

    Merci à toi Zico pour cet interview enrichissante,

    Céline

    • Zico Kiaxx

      Reply Reply 21 septembre 2013

      [Céline]

      Bonjour Céline,

      Ravi que cette entrevue vous plaise,
      et merci pour votre commentaire !

      En toute amitié —
      Zico,

  • Mariane

    Reply Reply 19 septembre 2013

    Passionnante interview !!! Félicitations et merci beaucoup !
    Justement aujourd’hui ,belle synchronicité:chez la fleuriste,j’ai parlé du développement du E-business,par rapport à l’entreprise traditionnelle,et je lui ai dit que ça m’intéressait.Et Hop ! Ce soir,ce beau cadeau de votre video,Zico.grand merci !
    Je suis tout à fait d’accord avec vous,avant de recevoir ,il faut donner et s’investir .
    bravo pour la simplicité et la chaleur humaine que vous dégagez tous deux !
    Mariane

    • Zico Kiaxx

      Reply Reply 21 septembre 2013

      [Mariane]

      Bonjour Mariane,

      C’est effectivement une GRANDE clé pour réussir sur le long terme : « La générosité… »

      Merci pour votre commentaire !

      En toute amitié —
      Zico,

  • chris

    Reply Reply 19 septembre 2013

    Bravo Zico et Olivier pour cette belle interview !

    On comprend bien le cheminement d’Olivier.

    Il a réussi à « connect the dots » (expression de Steve Jobs dans son discours à Stanford) et c’est ce que je suis en train de faire grâce à mon blog.

    Merci pour le partage !

    A très bientôt,
    Chris

    • Zico Kiaxx

      Reply Reply 21 septembre 2013

      [Chris]

      Salut et merci à vous Chris !

      Mes meilleurs voeux de succès dans votre projet de blog.

      En toute amitié —
      Zico,

  • Lucy

    Reply Reply 19 septembre 2013

    Salut Zico,
    Je crois que tu nous a déjà présenté cette vidéo. Néanmoins, c’est toujours un plaisir et très instructif d’écouter Olivier Roland.

    Lucy

    • Zico Kiaxx

      Reply Reply 21 septembre 2013

      [Lucy]

      Salut Lucy,

      J’avais, effectivement, offert quelques minutes de cette entrevue.
      J’ai voulu vous faire bénéficier de la version complète.

      Merci à toi pour ton intérêt fidèle:-)

      En toute amitié —
      Zico,

  • Jean-Marc

    Reply Reply 20 septembre 2013

    Bonjour,

    Merci pour cette superbe interview ! On en redemande !!!

    • Zico Kiaxx

      Reply Reply 21 septembre 2013

      [Jean-Marc]

      Bonjour Jean-Marc,

      D’autres formations vidéo de conseils en approches stratégiques
      vous seront envoyées très prochainement.

      Merci pour votre enthousiasme !

      En toute amitié —
      Zico,

  • Bonjour Zico et Olivier,
    Il me semble avoir déjà visionné cette vidéo, mais la transcription texte, c’est une bonne idée !
    Peux-tu me dire qui fait ce gros travail de dactylographie ?
    Pour rebondir suite à ta vidéo, je suis fier de te dire que lorsque je l’ai visionnée la première fois, je suis passé à l’action !
    Mon action fut la suivante : faire des vidéos de conseils aux parents pour les aider avec les maths de leur adolescents.
    Je suis en train de réunir tous les éléments pour passer à la vitesse supérieur et puisque je souhaite que ce soit « fait plutôt que parfait ! »
    J’ai commencé avec ce que j’avais au niveau du matériel et voilà « 7 astuces pour que les maths ne soient plus du chinois ! » est sorti de la décision de passer à l’action…
    Pour voir ce que cela donne, j’ai placé un formulaire sur mon forum
    Merci pour le coup de boost et ton avis m’intéresse, alors peux-tu visiter mon blog,
    et dis moi s’il te plait, ce que je pourrai proposer à de futurs partenaires ? (c’est bien ta spécialité 😉 ?)
    Qu’est-ce qu’un prof de math en télé-service peut offrir pour déclencher l’intérêt des affiliés pour faire la promotion de mon serve à distance ?

    A très bientôt
    David RUGGIERI

    • Zico Kiaxx

      Reply Reply 21 septembre 2013

      [David]

      Bonjour David,

      BRAVO pour ton passage à l’ACTION
      (ravi de voir les premiers résultats).

      Concernant la retranscription des textes, tu peux trouver
      de très bon prestataires sur des plateformes de freelance
      telles que Elance, Freelancer, Odesk,…

      Pour attirer, approcher et mobiliser des affilis – partenaires
      (affiliés ou partenaires),
      je te recommande de mettre en place les « 7 composantes
      d’un partenariat stratégique réussi »
      (tu peux obtenir un exemplaire
      gratuit du manuel pratique en cliquant sur ce lien).

      Merci encore et BRAVO pour tes premiers résultats.

      Mes meilleurs voeux de succès et d’amitié —
      Zico,

      • Entendu Zico,
        je relis ce manuel, car je me souviens m’être inspiré de ce livret pour participer au concours que Marc a gagné.
        Seulement je ne retrouve plus le commentaire que j’avais fait sur les 7 composantes que j’avais partagée !
        Je te demandais, si mes souvenir sont bons, ton avis sur ma stratégie, as-tu une trace des commentaires en dessous de la vidéo qui parlait du concours où j’ai fais ce commentaire ?
        J’aimerais vraiment ton avis sur ma stratégie que j’avais partagée alors, si possible ?
        PS Merci pour le tuyau pour retranscrire une vidéo.

  • Gelin

    Reply Reply 21 septembre 2013

    Bonjour et merci Zico pour la vidéo Interview avec Olivier.
    Bon travail de réflexion sur les étapes proposees par Olivier sur les obstacles à éviter.
    Bravo a tous les deux.
    La nécessité de répondre aux besoins et trouver un business model fiable est le casse tête de tous les entrepreneurs de service.
    Je pense néanmoins qu’un travail essentiel sur le business est d’effectuer successivement dans l’ordre 3 etapes : l’observation, l’imagination, la ténacité…
    C’est à la fin de la dernière étape que l’on trouve la réponse à la question du business.

    Je retire des messages de la video que c’est lorsqu’on à trouve la bonne question à se poser que l’on réussie. Ensuite il faut savoir accueillir toutes les
    idées en explorant le monde.Une idée originale heurte souvent nos principes. Tous ceux qui ont innové se sont confrontés à cette forme d’incompréhension
    plus ou moins malveillantes.

    L’experience sur des travaux pluridisciplinaires dans la sante, m’a prouve qu’un bon businessman doit etre a l’ecoute de ceux qui ont du talent, ceux qui
    jouent encore à mettre en œuvre des expériences de tout ordre,ceux qui apprennent des erreurs bien plus que la vitesse ou la qualité d’exécution d’une
    idée.
    Vous etes jeunes et vous avez des talents certains.

    Il y a quelques choses de fantastique à toujours vivre des moments (épreuves,contraintes, échecs et succès) dans une entreprise quelque
    soit la taille.
    Un point majeur à retenir: effectuer un parcours avec une équipe talentueuse pour atteindre la réalisation d’un rêve pour soi, pour une équipe et pour des clients et consommateurs.

    Etre à l’écoute des plus grands industriels de l’innovation Ex via « Des mardis de l’innovation  » pour vous faire connaître auprès du Club des directeurs de l’innovation.

    Extrait lu ce matin du petit traité sur l’innovation « Soyez un numéro deux » ISBN 979 10 92564 00 6 écrit par Michel Aubouy. Voici une citation de James Watson Prix Nobel de biologie moleculaire sur l’ADN « .. Ne soyez jamais la personne la plus intelligente parmi ceux qui vous entourent… nous ne l’étions pas! « .

  • Frederic

    Reply Reply 21 septembre 2013

    Jolie partage, merci!!!!

    Amicalement, Wilhelm Frédéric

  • Anne

    Reply Reply 21 septembre 2013

    Bonjour Zico et Olivier Roland

    Je tenais à vous remercier pour cette vidéos vraiment magnifique et des conseils vraiment super.
    En plus, j’ai passé un très moment en votre compagnie en virtuel grâce à la vidéos.
    En tout cas, c’est certain que je vais appliquer les conseils de Olivier au plus vite…
    Passer à l’action comme le dit Oliver et il a parfaitement raison.

    A Bientôt,
    Anne

  • Vinciane Branle

    Reply Reply 21 septembre 2013

    Bonjour Ziko et Olivier,

    Tout d’abord merci pour cette vidéo intéressante.

    En fait, je voulais poser une question car je voudrais appliquer ce que vous conseillez dans la vidéo mais je ne sais pas trop comment faire. Peut-être que ma stratégie n’est pas encore assez évoluée, ou que le type de site et de produits que je proposes ne convient pas à ce type de démarche. Alors j’aimerais vous demander votre avis.

    J’ai bien compris que ces conseils sont vraiment très bon pour créer une entreprise, que si on veut la développer il faut travailler sur l’entreprise en priorité, etc. Mais moi, mon entreprise est créée pour aider les gens. Mon but est de les aider, de leur proposer des séances personnalisées via skype pour les adultes et les enfants d’enseignement de techniques pour réaliser leurs vie de rêve, améliorer leurs relations, sortir de la déprime ambiante, etc. Et je propose aussi des stages en petits groupes en présentiel. Je voudrais joindre un blog au site de présentation de mon activité, mais ce blog serait un moyen de donner des conseils en rapport aux questions que me posent mes clients et dont je pense que les réponses peuvent intéresser d’autres personnes. Alors, ma question est de savoir comment appliquer tout ce que vous dites à ma situation ?

    Mon site est en fait un site de présentation pour que les gens qui veulent mieux connaitre ce que je fais puissent trouver des informations avant de me contacter pour prendre des séances ou un stage avec moi. Et le blog serait une recueil de petits articles avec des réponses à des questions intéressantes pour tous. Donc ce ne seront pas vraiment des choses que je pourrais faire en lancement orchestrés ou des produits payants que je proposerais. Pouvez-vous m’indiquer ce que je pourrais améliorer ?

    Merci d’avance.

    Vinciane

  • SONYA

    Reply Reply 21 septembre 2013

    Bonjour Zico et Olivier,

    Bravo à vous deux, je vous remercie pour votre sens du partage car le plus important c’est la bonne information qui peut aider les autres à sortir de leur impasse ou tout simplement les aider à peaufiner leurs talents et oser les vendre. Faire les premiers pas est difficile parfois, par contre comment contacter de nouveaux partenaires pour qu’ils reconnaissent la valeur de notre produit. Comment trouver des partenaires qui acceptent que l’on écrive des articles dans leur blog ou trouver un mentor qui accepte de vous accompagner au début de votre lancement ? Merci chaleureusement.

  • Bruno

    Reply Reply 21 septembre 2013

    Merci à vous 2 pour cette vidéo intéressante.
    Je partage l’idée que de travailler sur internet apporte de nombreux avantages : on peut démarrer sans investir, on est libre de choisir ses horaires et surtout on est son propre patron.

    Reste la motivation et le bon objectif à trouver…. ensuite la persévérance. ET si on y met du bon sens, si on a le désire de partager son savoir avec les autres, c’est un véritable bonheur.

    A bientôt pour les prochaines vidéos.

    Bruno

  • Jérôme Grajezyk

    Reply Reply 21 septembre 2013

    Merci Laurent, Merci Zico.
    Merci de votre générosité avec tous vos formidables conseils.
    Tous mes vœux de plus grande réussite encore pour vous.

  • Jacques

    Reply Reply 21 septembre 2013

    Merci Zico, merci Olivier !

    Super interview qui me motive vraiment. J’écoute en ce moment « lead the field » et j’ai reconnu l’histoire du feu à alimenter. Je suis en train de créer un blog pour promouvoir mon entreprise de coaching, je vais mettre un coup de boost pour avancer plus vite.

    Au plaisir de vous retrouver pour d’autres précieux conseils.

    Merci à vous deux

  • Sergiu Coroi

    Reply Reply 21 septembre 2013

    Bonjour Zico,

    Merci de partager cette entretien de qualité.

    A tres bien tôt!
    Coroi

  • Salut Zico et Olivier,

    Cet interview vaut toute une formation en développement personnel.
    Je dis Un grand merci à Olivier pour tous ces conseils.

    Je suis Olivier depuis presque Un an et vraiment je suis de jours en jours
    impressionné par son évolution et surtout la qualité de ses conseils.

    Grâces à ses conseils, j’ai lancé en début de cet année mon nouveau
    blog sur la loi de l’attraction qui à présent me génère
    un revenu régulé même si je n’en vis par encore entièrement.

    J’ai même participé à deux de ces lancements dernièrement
    (malheureusement sans faire de vente jusqu’ici, mais je sais
    que la prochaine fois sera la bonne). Ses produits ainsi que
    son blog sont vraiment des modèles en matière de business blog.

    Pourquoi les meilleurs?
    1- Parce qu’il ne dit pas comme on peut le lire ailleurs qu’on doit
    gagner de l’argent en quelques clics.
    2- Parce qu’il donne un véritable business plan.

    Toutes mes félicitations et surtout Merci

    Amicalement,
    Xavier

  • Danielle

    Reply Reply 26 septembre 2013

    Cet interview est très intéressant. Mais il faut bien admettre qu’Olivier est assez exceptionnel et qu’il a un parcours peu conventionnel
    Je me demande si on faisait des statistiques, combien d’entrepreneurs ont réussi – même pas de façon aussi admirable qu’ Olivier

  • richard

    Reply Reply 27 septembre 2013

    Bonjour Zico et Olivier,

    Merci pour votre interview, cela nous re-booste c’est sûr! D
    epuis septembre dernier j’ai mis un blog en place sur ma passion – le tir à l’arc, il y a énormément de travail à faire et je voudrait quelques éclaircissements et conseils pour pouvoir avancer.
    Olivier a parler d’auto répondeur, je suis sur aweber, mais toute cette mécanique n’est pas toujours simple à mettre en œuvre.
    ma question est: ou pourrais je trouver de l’aide, vers qui me tourner pour apprendre , comprendre et mettre en marche cette locomotive qui permet à beaucoup d’entre vous de cibler, collecter des prospects, proposer, vendre etc…?
    avoir quelqu’un au tel ou sur skype pour communiquer dans cette démarche?
    Amicalement,
    Richard
    merci de votre

  • Jean-Francois

    Reply Reply 30 septembre 2013

    J’aimerais avoir plus d’information pour m’aider a créer mon blog, donc j’aimerais entrer en communication avec Olivier, merci.

  • Christian

    Reply Reply 1 octobre 2013

    J’ai beaucoup aimé cette vidéo: Je vous félicite.

  • David

    Reply Reply 11 octobre 2013

    Bonjour Zico,

    Merci à Olivier et à toi pour cette interview entrevue génialissime.

    Ça fait rêver, ça donne envie de vivre le même style de vie professionnelle.

    Moi je débute en blogging et une interview comme ça c’est tout simplement encourageant et motivant.

    Olivier est un modèle à suivre, une référence dans ce domaine, le maître Jedi du blogging que tout padawan comme moi rêverait d’avoir.

    Vous 2 associés avec vos conseils plus ceux du regretté Christian Godefroy c’est tout simplement épatant, et enrichissant d’écouter des hommes qui ont réussis et qui partagent leurs expériences et savoir faire.

    Merci pour tout.

    Amicalement.

    David

  • Nadia

    Reply Reply 22 septembre 2014

    Merci Zico pour cette interview ! J’adore cela me rebooste pour avancer ! Milles merci messieurs !

Leave A Response

* Denotes Required Field